Les éléments-clefs à vérifier grâce à l’historique d’un véhicule d’occasion

Dans l'article

Si le marché de l’occasion voit sa cote exploser, il y a quelques points à examiner avant de vous lancer dans l’achat ou la vente d’une voiture. Afin d’évitez les mauvaises surprises, procurez-vous l’historique du véhicule.

Vous y aurez accès en entrant sur notre site web votre numéro VIN ou votre numéro d’immatriculation. Un rapport d’historique vous sera ainsi délivré. Mais sur quels éléments se concentrer au milieu de toutes ces informations ?

Télécharger un rapport d’historique

Le rapport d’historique d’une voiture est un document qui indique :

  • Le nombre de propriétaires
  • L’usage de ces derniers, mais aussi les détentions habituelles.
  • Il vous permet également de vérifier si le véhicule a été importé et d’améliorer votre dossier lors d’une vente. 

Que cela soit pour le vendeur ou l’acheteur, le rapport d’historique est un document essentiel qui rassurera les acheteurs potentiels. Il permet d’apporter des réponses claires et précises. Et, de vérifier si l’auto n’est pas une épave ou un VHU (Véhicule Hors Usage) qui est remis en circulation sans aucun contrôle d’un expert automobile.

Le kilométrage

Même si les moteurs modernes sont performants, le kilométrage reste un élément essentiel à vérifier. Une voiture avec beaucoup de kilomètres au compteur ne présente pas nécessairement plus de risques de défaillante qu’un véhicule ayant été voué à un usage de ville. Voici deux estimations pour avoir une idée des moyennes de kilométrages. Un véhicule diesel parcourt en moyenne 25 000 km par an. Pour les moteurs essence, la moyenne annuelle est de 15 000 km. Cela donne un aperçu du potentiel d’un véhicule par rapport à son âge. 

Bon à savoir : Attention aux compteurs trafiqués. On estime à 600 000 le nombre de voitures d’occasion vendues avec un compteur trafiqué chaque année en France.

L’un des très grands intérêts de l’historique du véhicule est qu’il présente une estimation du kilométrage sur les rapports d’historique. Vous pouvez ainsi être alerté et ainsi éviter d’acheter une voiture d’occasion avec un compteur trafiqué. 

La provenance du véhicule

Il est tout à fait crucial de connaître de se renseigner sur la provenance d’un véhicule que l’on souhaite acquérir. Est-ce une première main ? Depuis quand le vendeur le possède-t-il ? Quelle est son origine (taxi, véhicule de location ou de société, véhicule étranger…) ? Un kilométrage anormalement faible par rapport à l’âge de la voiture doit éveiller vos soupçons. Tandis que vous trouverez toutes les réponses aux questions précédentes dans le rapport d’historique de véhicule.

D’autres éléments à examiner avant d’acheter un véhicule

Le prix

Si un prix trop élevé risque de faire fuir les acheteurs potentiels, un tarif étrangement bas ne sera pas forcément une bonne affaire. Il s’agit d’être prudent : un véhicule vendu largement au-dessous de sa cote peut dissimuler des vices cachés. Ne vous jetez donc pas sur un achat qui paraît trop juteux. D’autant plus si vous sentez une pression de la part du vendeur. S’il vous demande par exemple d’effectuer l’achat dans des délais trop serrés, cela devrait vous mettre la puce à l’oreille. Dites-vous qu’il vaut mieux passer à côté d’une affaire que de se procurer un véhicule qui n’est pas aux normes.

Effectuer une inspection visuelle 

Si le vendeur peut faire réaliser une inspection de son automobile par un professionnel, un acheteur doit impérativement faire attention au moindre détail avant l’achat d’une voiture de seconde auprès d’un particulier ou d’une entreprise spécialisée dans la vente de véhicules d’occasion. Le futur acheteur ne devra donc pas hésiter à vérifier le carnet d’entretien du véhicule ainsi que les autres documents administratifs afin de s’assurer que tout est à jour. Même si l’usager n’est pas un professionnel de l’automobile, il faut absolument qu’il procède à une inspection détaillée du véhicule. Présence de rouille, bon fonctionnement des équipements de sécurité, état des pneumatiques et de la carrosserie… Grâce à cette vérification, vous en apprendrez plus sur le véhicule que vous allez peut-être acquérir.

Faire appel à un expert 

Lorsque des particuliers décident de vendre un véhicule, ils ont la possibilité de passer par des services spécialisés qui s’occuperont de la mise en vente du véhicule. Leur prestation inclut aussi une inspection complète du véhicule d’occasion. 

Un inspecteur professionnel et expérimenté sera donc envoyé auprès du vendeur afin de réaliser, pendant une heure et demie à deux heures environ, une vérification de l’ensemble de l’automobile. Ainsi, ce sont près de 200 points de vérification qui vont être examinés. Ils peuvent se trouver à l’intérieur du véhicule, mais aussi à l’extérieur ou avoir trait à sa mécanique.

Les documents administratifs à se procurer avant une transaction

Avant de conclure une transaction, vérifiez que le vendeur vous transmet les documents suivants :

  • La carte grise au nom du vendeur : elle doit être au nom de la personne qui vend le véhicule, et surtout ne pas être déjà barrée par un ancien propriétaire.
  • Un certificat de non-gage : qui permettra de vérifier qu’aucun obstacle ne s’oppose à la vente ; il doit être daté de moins d’un mois.
  • Le rapport de contrôle technique : l’opération doit avoir été réalisée il y a moins de six mois par le vendeur et non l’acheteur. De plus en plus souvent, des annonces proposent des véhicules vendus sans contrôle technique. Attention, ce procédé est illégal : cette pratique est absolument interdite.
  • Le carnet d’entretien : même si ce document n’est pas obligatoire, il vous permettra de connaître l’état d’entretien d’un véhicule. À défaut, les factures d’entretien sont les bienvenues.